20 octobre 2014

LA RÉVOLUTION VIRTUELLE : LES GOUVERNEMENTS SONT INTERPELÉS

Par Analyses structurelles, Politiques gouvernementales

Un billet précédent a fait état d’une véritable révolution du virtuel qui affecte de larges pans de l’économie et qui menace à la fois les entreprises agissant à titre d’intermédiaires entre offreurs et demandeurs, et les emplois consistant en la manipulation d’informations simples. Cette révolution interpelle aussi les gouvernements et les administrations publiques de façon importante et multiple.

Lire la suite

16 octobre 2014

DETTE DU QUÉBEC : PLAIDOYER POUR LA PRUDENCE

Par Finances publiques

La mesure la plus adéquate de l’endettement du Québec – et la plus suivie par les agences de notation et les bailleurs de fonds – est le poids que représente sa dette brute en pourcentage du revenu intérieur (le PIB). La dette brute est la source de la quasi-totalité des charges d’intérêts que le gouvernement doit supporter annuellement. (Il possède quelques actifs financiers, mais ces derniers ne rapportent presque pas d’intérêts.)

Lire la suite

14 octobre 2014

LA RÉVOLUTION VIRTUELLE : L’ÉCONOMIE N’EST PLUS CE QU’ELLE ÉTAIT

Par Analyses structurelles

L’essor des communications et des transactions électroniques était prévisible dès la mise sur pied d’Internet il y a une vingtaine d’années. Il s’agissait d’attendre qu’un nombre suffisant d’usagers se dotent des terminaux requis et apprivoisent cette nouvelle culture d’information, de communication et de consommation. La chose a été facilitée par l’émergence progressive d’instruments et de moyens complémentaires à l’ordinateur personnel : réseaux sociaux, téléphones intelligents, paiements en ligne sécurisés, géopositionnement, infonuagique, etc. Aujourd’hui, les transactions électroniques, payantes ou gratuites, touchent un très grand nombre de secteurs d’activité économique et leur progression ne donne aucun signe de ralentissement. L’économie est changée en profondeur dans ses structures et dans ses modes de fonctionnement et ce, à un point tel qu’il n’est pas exagéré de parler d’une révolution du virtuel, comparable par l’ampleur de ses effets sur la consommation et l’investissement à celles générées, en d’autres époques, par la machine à vapeur, le pétrole et l’électricité.

Lire la suite

8 octobre 2014

LA PRISE DE DÉCISION FONDÉE SUR DES DONNÉES PROBANTES EST-ELLE UNE IDÉOLOGIE ?

Par Science économique

Un thème récurrent dans les écrits en politique de santé est la recommandation de fonder les décisions sur des données probantes’. L’Agence de la santé publique du Canada en donne une description :

La prise de décisions fondées sur des données probantes se réfère à une approche dans laquelle un ensemble d’informations est soumis à un large processus d’examen critique. Cela signifie que toutes les décisions doivent s’appuyer sur les meilleures preuves et les raisonnements les plus justes qui soient. Les données probantes, soutenues par un raisonnement solide et les principes qui sous-tendent les évaluations, répondent à la question « Pourquoi cette décision ? » (La première phrase traduit le texte anglais.)

Lire la suite

6 octobre 2014

GRATUITÉ SCOLAIRE À L’UNIVERSITÉ : INDEXER, OUI ; MODULER, PEUT-ÊTRE UN PEU, MAIS PAS TROP

Par Capital humain

Dans deux billets précédents[1] nous avons montré qu’il faut rejeter la gratuité scolaire à l’université puisqu’une telle mesure serait inéquitable, coûteuse, inefficace et déresponsabilisante. Par contre, l’idée selon laquelle les droits de scolarité universitaires doivent être indexés mérite un appui sans réserve, à condition, évidemment, que les paramètres de l’aide financière soient eux aussi indexés afin d’annuler l’impact négatif de la hausse des droits sur l’accessibilité.

Lire la suite