1 mars 2015

ANTHONY DOWNS ET LE CYCLE D’ATTENTION À UNE QUESTION

Par Autre, Développement urbain et régional, Gouvernance, Politiques gouvernementales, Science économique

Un récent texte s’intéressait à l’incohérence des décisions collectives (ou au théorème d’impossibilité d’Arrow). Il s’agit ici de poursuivre le thème du contenant des processus politiques ou du comment se prennent les décisions gouvernementales en se référant à un texte d’Anthony Downs étudiant le cycle d’attention à un problème. Avant de résumer son analyse, il est pertinent de montrer l’importante contribution de cet économiste qui a une carrière non académique.

Lire la suite

26 février 2015

Pour une réelle accessibilité des familles à revenus modestes aux garderies

Par Jules Dufort Finances publiques, Inégalités, Politiques gouvernementales

Les CPE coûtent entre deux et trois milliards de dollars au Trésor public québécois chaque année. Ainsi, les places en CPE coûtent plus de 60 $ par jour comparativement à 35 $ en moyenne pour une garderie privée. Or, les familles à revenus modestes (50 000 $ et moins) ont un accès limité aux CPE en raison des tarifs exigés ainsi que leur faible pouvoir de représentation face aux décideurs politiques.

Lire la suite

24 février 2015

Les limites de l’approche marginaliste des prix

Par Autre, Science économique

Hypothèse centrale de l’économie orthodoxe, le principe de l’offre et la demande ne serait pourtant qu’un élément parmi d’autres à considérer pour comprendre comment sont déterminés les prix dans les marchés des biens et services. Au contraire, les entreprises jouent un rôle déterminant dans la fixation des prix. Ce troisième billet traitant de l’approche postkeynésienne abordera les lacunes des théories marginalistes des prix et de l’entreprise.

Lire la suite

22 février 2015

L’INCOHÉRENCE DE L’AGRÉGATION DES PRÉFÉRENCES INDIVIDUELLES

Par Gouvernance, Institutions, Politiques gouvernementales, Science économique

Dans tous les pays, les dépenses des administrations publiques totalisent une part considérable de la production. En 2013, pour le Canada, elles représentaient 41,1 pourcent du PIB contre 39,0 pour les États-Unis et 57,0 pour la France. Le Canada connut un rapport supérieur à 50 pourcent aux années 1991 à 1993.

L’intervention gouvernementale ne se limite pas aux seules dépenses publiques. Les modes d’intervention qui modifient les prix relatifs sont fort nombreux : subventions, taxes, tarifs douaniers, contingentements, entreprises publiques, achats préférentiels, réglementations traditionnelles ou sociales, interdictions…

Il y a quelques années, un courriel publicitaire me transmettait l’information suivante : « Les Publications Canadiennes offrent au public une édition révisée de l’Annuaire des subventions au Québec 2011 contenant plus de 1800 programmes d’aides et de subventions provenant des divers paliers gouvernementaux et organismes. » Cela montre les difficultés de bien mesurer l’importance relative des interventions publiques dans l’économie.

Ce texte et d’autres qui devraient suivre ne s’intéressent pas au contenu des processus politiques comme leur incidence sur les différents secteurs de l’économie, mais plutôt sur le contenant ou comment se prennent les décisions. Des économistes ont-ils apporté un éclairage à ce sujet ? Le premier en liste est surement Kenneth Arrow et l’incohérence dans le résultat de l’agrégation des préférences individuelles.

Lire la suite

18 février 2015

La demande, principal déterminant de la croissance économique ?

Par Analyses structurelles, Croissance, Science économique

La croissance économique est un enjeu omniprésent des débats politiques. Pourquoi est-elle si faible depuis la crise ? Comment en générer davantage ? Nos sociétés modernes en dépendent (trop?). Comment est-elle déterminée ? L’approche postkeynésienne fournit une théorie empiriquement éprouvée empiriquement, reposant sur la demande plutôt que sur les facteurs de l’offre, comme le font les théories orthodoxes. Ce billet, le deuxième d’une série de huit, abordera brièvement les enjeux de ces deux approches.

Lire la suite