9 novembre 2014

L’ACCESSOIRE DOMINE-T-IL LE PRINCIPAL ?

Par Évaluation, Institutions, Santé, Science économique

L’avancement en âge favorise un travail d’introspection, comme se questionner si, en maintes occasions, des objectifs accessoires ou marginaux auraient dominé le principal ou l’essentiel. Si cette question est pertinente pour un individu, ne s’applique-t-elle pas aux différentes institutions ?

L’anecdote suivante, venant d’un professionnel de Statistique Canada, illustre bien l’à-propos d’une telle interrogation. Dans le cadre de son travail, il demandait à un vice-président et économiste en chef d’une grande banque canadienne si Statistique Canada devrait entreprendre des prévisions de court terme. Ce dernier, regardant le sol de la fenêtre de son bureau du haut d’un gratte-ciel, lui donna la réponse négative suivante : « Autour d’ici, il y a des dizaines de bureaux qui font des prévisions économiques, mais il y a une seule institution dont le rôle est la production de «hard data» (données fiables). C’est Statistique Canada ». À cause de l’importance du sujet de la précision des données, qui intéresse d’ailleurs peu les économistes, Statistique Canada ne devrait-elle pas y donner plus de priorité ?

Lire la suite

6 novembre 2014

LA CLASSE MOYENNE S’ÉRODE-T-ELLE QUÉBEC?

Par François Delorme et Suzie St-Cerny avec la collaboration de Luc Godbout Analyses structurelles, Inégalités

Nos élus politiques aiment bien à chaque élection interpeler l’électeur potentiel sur la situation de la classe moyenne, et en particulier déplorer son déclin. Ce ne sera pas différent en ce qui concerne l’élection fédérale à venir dans un an. Cela concerne la classe politique, bien sûr, mais tout aussi bien les électeurs, les lecteurs, les commentateurs qui s’écharpent autour de cette cible mouvante que constitue la « classe moyenne ». Car s’il est de bon ton d’en parler, peu de personnes savent vraiment de qui cette classe moyenne est composée, comment elle a évolué et si oui ou non elle s’est enrichie ou appauvrie.

Lire la suite

2 novembre 2014

LE RECOURS À L’EMPLOI COMME MESURE DE RENTABILITÉ

Par Capital humain, Indicateurs, Science économique

Bryan Caplan (2007) identifie quatre familles de biais généralement partagées par les votants et favorables à la multiplication des interventions gouvernementales. Ce sont les suivantes : la dépréciation du pouvoir des processus de marché, la peur d’établir des relations avec l’étranger, le recours au nombre de travailleurs comme critère de rentabilité et enfin un pessimisme qui surestime la gravité des problèmes.

Qu’en est-il du recours au nombre de travailleurs comme critère de rentabilité ? Ne sommes-nous pas inondés d’annonces gouvernementales de création d’emplois subventionnés ? Donnons un exemple récent.

Lire la suite

27 octobre 2014

LA RÉVOLUTION VIRTUELLE: ADAM SMITH ET STEVE JOBS, MÊME COMBAT!

Par Analyses structurelles, Science économique

Des billets précédents ont porté sur les changements majeurs qu’apportent les technologies électroniques à l’industrie et au commerce ainsi qu’au rôle attendu des gouvernements. Le présent billet se penche sur des remises en question que la révolution virtuelle soulève également pour la science économique.

Comme chacun sait, Adam Smith et les penseurs classiques de l’économie avaient le marché en haute estime. Le marché, croyaient-ils, était en mesure d’assurer une allocation des ressources qui assure le plus grand bien-être possible pour l’ensemble de la collectivité. Cependant, le marché ne livrait ses promesses que dans la mesure où certaines conditions étaient respectées : un grand nombre d’offreurs et de demandeurs et une information suffisante sur les prix demandés et offerts ainsi que sur la qualité de ces produits ou services. C’étaient les conditions dites de la concurrence pure et parfaite.

Lire la suite

23 octobre 2014

DETTE DU QUÉBEC : UN PLAN ALTERNATIF PLUS PRUDENT ET MOINS RISQUÉ

Par Finances publiques, Politiques gouvernementales

Dans un billet récent nous avons évoqué les risques que prend le gouvernement en voulant réduire trop rapidement l’importance de la dette publique. Dans le présent billet, nous présentons ce qui nous apparait un plan plus réaliste et moins dangereux.

Lire la suite