Économiste

Perspectives de l’économie canadienne

23 novembre 2011

L’économie canadienne devrait croître à un rythme modeste au cours des prochains mois, mais il ne faudrait pas se surprendre si sa progression est supérieure aux plus récentes projections d’organismes qui publient des prévisions économiques.

L’indice mensuel des indicateurs avancés de Statistique Canada (SC), publié le 18 novembre, continue de signaler une croissance faible à court terme. Cependant, les commandes en carnet, selon l’enquête mensuelle de SC sur les industries manufacturières, et les nouvelles commandes, selon l’enquête RBC-Markit Economics auprès des gestionnaires d’approvisionnement d’entreprises manufacturières, indiquent que le secteur de la fabrication devrait poursuivre son expansion dans les mois à venir. En outre, les mises en chantier de logements dépassent les attentes ces derniers mois, ce qui est précurseur d’un rythme soutenu d’activités dans la construction résidentielle et, éventuellement, dans les achats de biens durables, comme les meubles et articles ménagers. Qui plus est, l’économie des États-Unis, principal marché d’exportation des entreprises canadiennes, prend progressivement du mieux ces temps-ci, contrairement à ce que plusieurs anticipaient il y a encore quelques semaines. Par contre, des risques à la baisse de la croissance subsistent, notamment en raison des conditions économiques et financières en Europe, conjoncture régionale mais qui vient brider les perspectives de croissance de l’économie mondiale, dont celles du Canada et des États-Unis.

D’ores et déjà, on peut avancer que l’économie canadienne a mieux fait au troisième trimestre que ce que laissait croire le Rapport sur la politique monétaire de la Banque du Canada fin octobre dernier (projection de 2,0 % en rythme annuel). Quant à sa projection pour le quatrième trimestre (0,8 % en rythme annuel), elle ne saurait tenir en raison des perspectives d’amélioration de l’économie mentionnées au paragraphe précédent. Seules des catastrophes d’ici la fin de l’année rendraient possible le scénario de référence retenu par la Banque pour ce trimestre-ci.

La moyenne des prévisions de croissance du PIB canadien était à 2,2 % en 2011, selon l’enquête de septembre dernier du ministère fédéral des Finances auprès des prévisionnistes du secteur privé. Ce taux apparait aujourd’hui comme un seuil minimal. Pour 2012, la Banque du Canada prévoit une croissance de 1,9 %; la moyenne des prévisions du secteur privé est à 2,1 %. Surveillons les mises à jour des prochaines semaines : probablement que les corrections à la baisse effectuées il n’y a pas si longtemps feront place à un peu plus d’optimisme, du moins pour le premier semestre de l’an prochain.

(Mise à jour du 1er décembre 2011)  Selon Statistique Canada, le PIB canadien a crû de 3,5 % en rythme annuel au troisième trimestre de cette année, soit nettement mieux que ce qui était anticipé par les spécialistes. En outre, l’enquête mensuelle PMI RBC auprès des gestionnaires d’approvisionnement d’entreprises indique que le secteur canadien de la fabrication a poursuivi son expansion en novembre. Bon augure pour la production à venir, les nouvelles commandes auprès des manufacturiers ont continué de progresser, bien qu’à un rythme moins rapide qu’auparavant. Les industries manufacturières du Canada et des États-Unis s’en tirent mieux ces temps-ci que celles d’ailleurs dans le monde en se basant sur les résultats des plus récentes enquêtes auprès des gestionnaires d’approvisionnement; ces résultats sont disponibles sur le site Internet de Markit Economics.»

 

Laisser un commentaire