Professeur honoraire (Université de Montréal) et consultant

TENDANCES COMPARATIVES DES INVESTISSEMENTS PRIVÉS AU QUÉBEC ET AILLEURS

4 décembre 2013

L’Institut C.D. Howe examine occasionnellement la performance du Canada en termes de dépenses en investissement non résidentiel. Nous commentons ici la dernière publication de l’Institut sur ce sujet[1]. en présentant aux tableaux  1, 2 et 3 les  données  pour le Québec,  l’Ontario et le Canada. Le tableau 1 présente des valeurs nominales alors que les tableaux 2 et 3 sont constitués d’indice mesurant la performance relative par rapport à l’OCDE et aux États-Unis. Les données de 2013 sont évidemment des prévisions d’où la marque (P).

Tableau 1

Formation brute de capital fixe par travailleur, secteur privé

($ C)

 

2002

2013 (P)

Québec

6800

9200

Ontario

7700

8500

Canada

8700

13300

États-Unis

11000

13800

OCDE

9700

12400

Source : Institut C.D. Howe

 

Tableau 2

Formation brute de capital fixe par travailleur, secteur privé

(OCDE=100)

 

2002

2013(P)

Moyenne 2002-2006

Moyenne 2007-2011

Québec

70

74

69

68

Ontario

79

69

76

72

Canada

90

107

94

101

Source : Institut de recherche C.D. Howe

 

Tableau 3

Formation brute de capital fixe par travailleur, secteur privé

(États-Unis = 100)

 

2002

2013(P)

Moyenne 2002-2006

Moyenne 2007-2011

Québec

61

67

62

63

Ontario

70

62

68

67

Canada

79

96

83

94

Source : Institut de recherche C.D. Howe

 

La performance canadienne

Selon l’Institut C.D. Howe, la croissance dans les dépenses du secteur privé en  machinerie, équipement et structures par travailleur sera  moindre au Canada qu’à l’étranger, le dynamisme des provinces orientées vers l’exploitation des ressources étant contrebalancé par la faiblesse observée en Ontario,  dans les Maritimes et au Québec ou un certain rattrapage semble se manifester en 2012 et 2013.

La récession récente ayant été sentie plus fortement à l’étranger, la performance canadienne s’est améliorée à compter de 2009 et a dépassé celle de l’OCDE en 2011, 2012 et selon les données prévues pour 2013. En 2013 cependant, les dépenses  au Canada devraient être de 96 cents pour chaque dollar investi au États-Unis et diminuer de 108 cents à 107 cents par rapport à la moyenne de l’OCDE.

Compte tenu des différences de prix,  les dépenses canadiennes en investissement par travailleur comparées à celles de l’OCDE, étaient de 94 cents par dollar entre 1993 entre 2002-2006 et de 101 cents par dollar entre 2007 et 2011.

La dépense canadienne (en termes de flux et non de stock)  a été de 83 cents comparativement au dollar investi par travailleur aux É.-U. entre 2002 et 2006 et de 94 cents entre 2007 et 2011.

La bonne performance de l’ensemble canadien par rapport aux pays de l’OCDE et son rattrapage par rapport aux États-Unis  s’expliqueraient en bonne partie par les dépenses occasionnées par le développement et l’exploitation des sables bitumineux et l’ampleur de la récession américaine.

La performance du Québec.

Au Québec, les dépenses du secteur privé en machinerie et structures (formation brute de capital fixe du secteur privé) par travailleur demeurent inférieures à celles de l’ensemble canadien et des pays membre de l’OCDE examinés. Elles ont aussi étés inférieures à celles de l’Ontario de  2002 à 2011 mais les dépasseraient en 2012 et 2013.

Ainsi, en dollars canadiens, les dépenses en formation brute de capital fixe étaient de 900 $ par travailleur inférieures à celles de l’Ontario en 2002 et de 1500 $ et 700 $ supérieures en 2012 et 2013. L’appartenance de l’Ontario à l’économie des Grand Lacs et sa dépendance envers les États-Unis se manifestent dans ces données.

Quelles politiques pour améliorer la performance du Québec ?

Nous avons observé que les dépenses du secteur privé en machinerie et structures (formation brute de capital fixe du secteur privé) par travailleur du Québec demeurent inférieures à celles de l’ensemble canadien et des pays membre de l’OCDE examinés. Il ne faut pas trop se réjouir de notre rattrapage récent par rapport à l’Ontario dont la structure industrielle et la localisation la rendait plus sensible à la récession américaine.

Les investissements en machinerie, équipements et structures sont un déterminant important de la productivité et de la compétitivité des économies et en conséquence du niveau de vie.

Plusieurs de nos blogues déjà parus sur Libres Échanges ont exploré des pistes de solution pour améliorer la productivité, la compétitivité et le développement économique durable de l’économie québécoise. Nous avons notamment souligné l’importance de maximiser la valeur ajoutée des exportations, de soutenir l’innovation et la mise en application des innovations, d’adopter une fiscalité compétitive, d’accorder un plus grand rôle aux grandes villes sur le plan international, et de susciter la concertation des acteurs économiques et sociaux au niveau régional et au sein de grappes industrielles compétitives.

Conclusion

Malgré des prévisions encourageantes pour 2012 et 2013, la performance du Québec en matière d’investissement privé comparativement aux États-Unis et à l’OCDE reste à améliorer. Compte tenu de l’importance de l’investissement pour la croissance du niveau de vie, il importe que les gouvernements prennent des mesures énergiques pour amener le secteur privé à accroitre substantiellement ses dépenses en capital fixe.

 

Note sur les données 

Les données de l’Institut C.D. Howe portent sur l’investissement en machinerie et structures non résidentielles des entreprises du secteur privé et des entreprises d’affaires des gouvernements fonctionnant dans un contexte commercial. Ces données et celles sur l’emploi proviennent du OECD Economic Outlook no 93 de juin 2013, et du Système canadien des Comptes Nationaux dont la révision de 2012 présente des données révisées depuis 2007.

Les données estimées pour 2012 et les prévisions pour 2013, utilisent les projections de l’OCDE et celles du Capital Repair and Expenditure Survey de Statistique Canada.

Les pays compris dans les données de l’OCDE sont l’Australie, l’Autriche, la Belgique, le Canada, le Danemark, la Finlande, la France, l’Allemagne, la Grèce, l’Islande, l’Irlande, le Japon, la Corée, les Pays-Bas, la Nouvelle-Zélande, la Norvège, la Suède, la Suisse, le Royaume-Uni et les États-Unis. Les rapports précédents de l’Institut C.D. Howe comprenaient aussi l’Italie, le Mexique et l’Espagne mais ces pays ont cessé de fournir ces données à l’OCDE.

Les données sont présentées en dollars canadiens à l’aide des taux de change en parité de pouvoir d’achat de l’OCDE.

 



[1] B. Dachis et W. B.P.Robson, Equipping Canadian Workers: Business Investment Loses a Step againstCompetitors Abroad, November 6, 2013 (http://www.cdhowe.org/pdf/e-brief_167.pdf ).  Pour les rapports précédents voir Robson and Goldfarb (2004, 2006); Goldfarb and Robson (2005); Banerjee and Robson (2007, 2008), Busby and Robson (2009, 2010, 2011) et Dachis et Robson (2012).

 

Laisser un commentaire