Professeur honoraire (Université de Montréal) et consultant

Situation économique du Québec : au-delà des éléments macro-économiques et fiscaux

30 avril 2014

Nos collègues C. Montmarquette et L. Godbout nous ont permis de faire le point sur les éléments macro-économiques et fiscaux nécessaires pour déterminer les défis à court et moyen terme auxquels nous faisons face.

Les délais ne leur ont pas permis d’aller au-delà de suggestions générales et d’énoncés d’objectifs sur les mesures fiscales nécessaires pour traiter du problème de déficit et de dette.

Laissons à d’autres l’analyse sur les mesures nécessaires pour réduire le rythme de dépenses publiques. Présentons ici, en résumé certains sujets qui nécessitent réflexions pour augmenter le rythme de croissance du PIB durable, notant que les deux volets de réflexions sont interdépendants.

Certains de nos écrits précédents sur Libres Échanges ont fait état de nos suggestions pour améliorer le taux de croissance des revenus et de l’emploi au Québec. Nous ne tentons pas de les résumer ici et en restons à une énumération des divers sujets qu’il nous semble indiqué de revoir en parallèle avec les analyses macro-économiques et fiscales déjà engagées et ce, pour traiter du côté demande et création de revenus d’emplois afin d’identifier les politiques pertinentes pour le Québec du 21e siècle (blogue du 10 juin 2013).

Il faut aussi revoir en urgence et dynamiser nos grappes industrielles et se doter d’une politique de développement urbain, régional et national étant donné la lenteur des activités et débouchés sur le plan international dont la lente croissance en Europe.

Voilà tout un ordre du jour d’éléments à revoir tout en tenant compte des interdépendances entre elles et avec les politiques macroéconomiques monétaires et fiscales qui font à juste titre l’objet essentiel, mais trop exclusif de nos analyses actuelles.

Commentaires

Max river stone

Le 1 mai 2014, à 11 h 41

C’est vrai que tous ces sujets ont été discutés, sur le plan théorique, en citant les expériences passées, ou dans d’autres pays. C’est comme si on pose la question à un restaurateur sur le gout et la consistence de sa poutine. Le restaurateur va nous servir toute une théorie, en parlant de l’histoire de la poutine, les cas d’intoxication par la poutine, l’effet de la poutine sur le surpoids… Alors, qu’on a envie de lui dire : s’il vous plait, donnez nous votre recette, les ingrédients et leurs quantités, … de votre restaurant.
C’est ce qui me manque beaucoup dans Libres échanges. Attention! Je ne dis pas que la théorie et les expériences récentes et historiques ne sont pas nécessaires.
Si on avait le même type d’analyse que C. Montmarquette et L. Godbout sur Libres Échanges, on aurait pu être en mesure de discuter correctement leur travail et surtout leurs recommandations. Aujourd’hui on va juste dire Amen! C’est juste ça ce que je veux dire.

Jean-Pierre Furlong

Le 3 mai 2014, à 1 h 17

Très intéressant! Il ne faut pas négliger cependant d’examiner nos régions qui connaissent du succès sur le plan économique (ex. : Chaudière-Appalaches, Capitale-Nationale) pour en tirer des enseignements pour les autres.

Pierre-Paul Proulx

Le 4 mai 2014, à 8 h 27

Merci Jean-Pierre,

Tout a fait d’accord sur l’importance du spatial (régional) dans toute stratégie de développement­

Au plaisir,

Pierre-Paul

Laisser un commentaire