Archives par mois:

Archives par catégorie:

8 octobre 2014

LA PRISE DE DÉCISION FONDÉE SUR DES DONNÉES PROBANTES EST-ELLE UNE IDÉOLOGIE ?

Par Gérard Bélanger Science économique

Un thème récurrent dans les écrits en politique de santé est la recommandation de fonder les décisions sur des données probantes’. L’Agence de la santé publique du Canada en donne une description :

La prise de décisions fondées sur des données probantes se réfère à une approche dans laquelle un ensemble d’informations est soumis à un large processus d’examen critique. Cela signifie que toutes les décisions doivent s’appuyer sur les meilleures preuves et les raisonnements les plus justes qui soient. Les données probantes, soutenues par un raisonnement solide et les principes qui sous-tendent les évaluations, répondent à la question « Pourquoi cette décision ? » (La première phrase traduit le texte anglais.)

Lire la suite

6 octobre 2014

GRATUITÉ SCOLAIRE À L’UNIVERSITÉ : INDEXER, OUI ; MODULER, PEUT-ÊTRE UN PEU, MAIS PAS TROP

Par Capital humain

Dans deux billets précédents[1] nous avons montré qu’il faut rejeter la gratuité scolaire à l’université puisqu’une telle mesure serait inéquitable, coûteuse, inefficace et déresponsabilisante. Par contre, l’idée selon laquelle les droits de scolarité universitaires doivent être indexés mérite un appui sans réserve, à condition, évidemment, que les paramètres de l’aide financière soient eux aussi indexés afin d’annuler l’impact négatif de la hausse des droits sur l’accessibilité.

Lire la suite

2 octobre 2014

LA GRATUITÉ SCOLAIRE À L’UNIVERSITÉ: INEFFICACE ET DÉRESPONSABILISANTE

Par Capital humain

Dans un billet récent (http://bit.ly/1pIepKB), nous avons montré que la gratuité scolaire à l’université est inéquitable et coûteuse. Nous avançons qu’une telle mesure est également inefficace et déresponsabilisante.

Une mesure inefficace

La gratuité scolaire serait aussi une mesure inefficace pour augmenter le pourcentage de la population détenant un grade universitaire. Obtenir un bac universitaire exige deux choses : premièrement, entreprendre les études de baccalauréat ; et deuxièmement, persévérer ensuite jusqu’au diplôme. La gratuité scolaire peut faire augmenter de 20 000 à 40 000 le nombre d’étudiants inscrits au bac universitaire, mais rien n’assure que ceux-ci vont poursuivre jusqu’à l’obtention du diplôme.

Lire la suite