Professeur honoraire (Université de Montréal) et consultant

RENÉGOCIATION DE L’ALÉNA : TENIR COMPTE DES CHAINES DE VALEUR

24 juillet 2017

Le 17 juillet 2017, les États-Unis ont fait connaître la liste des éléments qui, selon eux, justifient une renégociation de l’Accord de libre-échange nord-américain (ALÉNA).

Ayant fait le suivi des relations commerciales entre le Canada et les États-Unis depuis la négociation de l’Accord de libre-échange canado-américain (ALÉ) à la fin des années 1980, nous voulons dans le présent billet souligner, statistiques à l’appui, l’importance des importations américaines pour les exportations canadiennes, ou, en d’autres mots, démontrer la forte intégration des chaines de valeur des économies canadienne et américaine[1].

L’impact économique des exportations

Selon Statistique Canada (Le Quotidien du 12 juillet 2017), la valeur ajoutée des exportations de biens et services représentait 21,7 % du PIB canadien, et elles généraient directement et indirectement 16,9 % des emplois au pays en 2013[2]. À elles seules, les exportations vers les États-Unis représentaient 15,3 % du PIB et plus de 2 millions d’emplois. Les données de Statistique Canada font aussi état de l’impact des exportations et des importations par industrie. Toutefois, ces données sous-estiment la contribution réelle des ventes à l’étranger, car elles ne tiennent pas compte, en raison des limites des modèles d’impact, de la valeur ajoutée et des emplois induits par les dépenses effectuées par les salariés des entreprises, pas plus que des réinvestissements des entreprises exportatrices. 

L’importance économique des chaines de valeur ajoutée canado-américaines

Parmi les exportations de biens et de services du Canada en 2013, celles destinées au marché américain se sont chiffrées à 378,5 milliards de dollars. Leur contenu en biens et services préalablement importés des États-Unis s’élevait à 65 milliards de dollars, soit 17,3 % de leur valeur.

Les biens et services importés des États-Unis entrent aussi dans la composition des exportations du Canada vers d’autres pays. Ainsi, la production des biens et services canadiens exportés vers des marchés autres que les États-Unis a nécessité l’importation d’intrants américains d’une valeur de 20 milliards de dollars. 

Soulignons que le contenu américain des exportations manufacturières canadiennes vers les États-Unis est plus important que dans celles qui vont vers d’autres pays : 26,0 % (200 milliards de dollars) contre 18,8 % (67,1 milliards de dollars). Si elles étaient disponibles, des données sur le contenu américain de la production canadienne destinée au marché canadien et sur le contenu canadien des exportations américaines et de la production destinée au marché intérieur américain, montrerait sans doute encore davantage l’importance des chaines de valeur et des conséquences éventuelles de toute modification à l’ALÉNA qui viendrait nuire à la libre circulation des biens et services en Amérique du Nord. La même remarque peut être faite concernant le fait que les données publiées par Statistique Canada ne permettent pas de mesurer l’intégration des économies canadienne et mexicaine.

Un aperçu provincial

Pour le Québec, les exportations vers l’étranger contribuaient pour 18,8 % au PIB en 2013, et celles à destination des États-Unis pour 12,3 %. La part du contenu importé des États-Unis des exportations vers ce même pays était de 28,0 %, un taux plus important que celui des exportations canadiennes qui se chiffre, rappelons-le, à 17,3 %. Les secteurs exportateurs du Québec qui dépendent de façon importante de contenus importés sont les camions lourds, les métaux non ferreux et les produits aérospatiaux.

La part du contenu importé depuis les États-Unis des exportations du secteur de la fabrication ontarien destiné aux États-Unis était de 31,5 % (celle des exportations vers d’autres marchés de 21,8 %). Dans cette province, les exportations étaient à l’origine de 19,8 % du PIB (14,0 % pour les exportations à destination des États-Unis).

Les exportations de pétrole brut et de gaz naturel vers les États-Unis ont représenté 16,9 % du PIB de l’Alberta, 12,8 % du PIB de la Saskatchewan et 11,7 % du PIB de Terre-Neuve-et-Labrador.

L’effet sur l’emploi au Canada

Les exportations canadiennes ont été, en 2013, à l’origine de la création de près de 1,6 million d’emplois directs et d’un nombre presque équivalent d’emplois indirects, soit 1,5 million, pour un grand total de plus de 3 millions d’emplois.

Les emplois indirects nous permettent d’avoir une idée de l’importance des chaines de valeur. Les achats en biens et services d’intrants des entreprises exportatrices ont généré un peu plus d’un million d’emplois dans leur province de production et 442 000 emplois dans les autres provinces et territoires canadiens. Les exportations de l’Ontario (129 000 emplois), de l’Alberta (106 000), du Québec (69 000) et de la Colombie Britannique (47 000) étaient à l’origine de l’essentiel des emplois indirects générés dans les autres provinces et territoires.

Ce qu’il faut retenir

Les exportations contribuent  de façon  importante au PIB du Canada (21,7 %) en plus de représenter un nombre d’emplois considérable (16,9 % des emplois, directement et indirectement). Et elles sont de toute évidence une source majeure de gains de productivité et d’efficacité.

Les producteurs américains et les fournisseurs canadiens jouent un rôle important dans les chaînes de valeur des exportateurs canadiens.

Il ne fait aucun doute que la renégociation de l’ALÉNA, qui débutera bientôt, présente des enjeux qui vont bien au-delà de la libre circulation des biens et des services entre les 3 pays signataires de cet accord. Elle devra tenir compte de l’intégration des chaînes de valeur des industries exportatrices. La préservation de ces chaînes de valeur et leur développement devra être un objectif fondamental et une préoccupation constante au cours des pourparlers entre le Canada, les États-Unis et le Mexique.


[1] Ce billet complète des billets déjà publiés sur le même sujet, dont celui du 10 avril dernier.

[2] Des données plus complètes sont également disponibles dans le tableau 381-0032 de Statistique Canada.

Laisser un commentaire