Archives par mois:

Archives par catégorie:

20 juin 2019

PANORAMA DES FINANCES PUBLIQUES DU QUÉBEC 2019 : QU’EN EST-IL DES TRANSFERTS FÉDÉRAUX ?

Par Luc Godbout Finances publiques

Il y a quelques jours, la Chaire en fiscalité et en finances publiques publiait la deuxième édition de son Panorama des finances publiques du Québec – édition 2019. Ce Panorama regroupe différents indicateurs portant sur les revenus, les dépenses, le solde et la dette des administrations publiques. La situation des finances publiques du Québec y est comparée à l’échelle canadienne et internationale à l’aide de plus de 40 figures et tableaux.

Sans trop de surprises, la comparaison interprovinciale montre des niveaux de revenus et de dépenses élevés du gouvernement du Québec. On y voit également que le Québec présente le solde budgétaire excédentaire le plus important parmi les provinces canadiennes au 31 mars 2018.

Le Panorama permet également de jeter un regard sur les transferts fédéraux aux provinces. On entend souvent dire que le Québec a la part du lion des transferts fédéraux, particulièrement la péréquation, mais qu’en est-il exactement ?

Lire la suite

6 juin 2019

UNE VIEILLE SAGESSE ÉCONOMIQUE QUI INTERPELLE TOUJOURS

Par Croissance, Inégalités, Science économique

Dans son dernier livre, Paul Collier estime que le capitalisme actuel est une faillite morale et qu’il ne peut être sauvé que par sa refondation sur l’éthique. Collier n’est pas le seul économiste à s’être interrogé sur les écarts entre le libre marché et les principes éthiques nécessaires à la vie en société.

Puisque la science économique a pour objet la production et la distribution de la richesse, elle doit forcément s’intéresser aux comportements des individus, des entreprises et des gouvernements et, pour cette raison, elle peut difficilement éviter de se prononcer sur des questions que l’on peut assimiler à la morale ou à l’éthique. D’ailleurs, de son vivant, Adam Smith était davantage connu pour son ouvrage intitulé La Théorie des sentiments moraux (1759) que pour celui qui l’a rendu célèbre, La Richesse des nations (1776).

Pour Tomas Sedlacek, un économiste tchèque contemporain, la réflexion sur les moyens et les fins de l’économie a commencé bien avant la publication de La Richesse des nations. Après examen des institutions économiques chez les Mésopotamiens, les Hébreux et les Grecs ainsi que chez Augustin et Thomas d’Aquin, Sedlacek avance que c’est à partir d’Alfred Marshall que la science économique s’est éloignée des fondements éthiques et moraux qui guidaient sa démarche depuis l’Antiquité. Selon lui :

L’étude de l’économie a cessé d’être une science morale pour ne devenir qu’une science mathématiquement allocative. […] L’économie en général est devenue étonnamment hermétique aux sciences éthiques dont elle est issue[1]

Lire la suite