Dans la catégorie commerce international

20 mars 2017

EFFETS ÉCONOMIQUES DU PROJET AMÉRICAIN D’AJUSTEMENTS FISCAUX AUX FRONTIÈRES

Par commerce international

Le Congrès et le nouveau Président américains sont à mettre au point les modalités d’ajustements fiscaux aux frontières (AFF) qui feraient partie d’un programme plus vaste visant à faire diminuer l’impôt sur les profits des entreprises américaines le faisant passer de 35 % à 20 % pour les corporations et à 25 % pour les autres entreprises. Les AFF feraient en sorte que les entreprises américaines ne pourraient plus déduire leurs importations d’intrants de leur profit imposable. Elles bénéficieraient aussi d’une exemption des revenus provenant de leurs exportations. L’objectif des AFF est donc à la fois d’inciter les entreprises américaines à s’approvisionner davantage aux États-Unis et à accroitre leurs exportations.

Ces changements pourraient avoir pour effet de faire apprécier le dollar américain, mais ils modifieraient aussi les termes d’échange. Ils joueraient différemment selon les entreprises et les secteurs considérés, certains ne pouvant pas modifier la composition de leurs intrants, d’autres ne pouvant pas transmettre à leurs clients les augmentations du prix de leurs intrants importés. Les AFF auraient aussi des effets sur les partenaires commerciaux des États-Unis, dont le Canada. Nous examinons ces derniers effets dans le présent billet à partir des résultats d’une étude[1] publiée récemment par l’Institut C.D. Howe. Les auteurs de l’étude se sont servis d’un modèle d’équilibre général[2] pour simuler les effets macroéconomiques et sectoriels en 2022 de l’entrée en vigueur des AFF en 2017.

Lire la suite

23 février 2017

COMMERCE EXTÉRIEUR DU QUÉBEC : RENFORCER LA STRATÉGIE

Par commerce international, Développement urbain et régional

Les données sur les exportations et les importations entre les régions métropolitaines canadiennes et leurs contreparties américaines et mexicaines sont rares. Une étude préparée par la firme de consultants Wiser pour l’Economic Development Group du Brookings Institute, indique que les 33 régions métropolitaines canadiennes, dont Montréal, étaient responsables en 2010 de 58% de la valeur des biens et services échangés entre les États-Unis, le Canada et le Mexique, et de 69% des biens échangés dans l’aérospatial, l’automobile, l’électronique, la machinerie, les produits pharmaceutiques et les instruments de précision.

Lire la suite

23 janvier 2017

CHAINES MONDIALES DE VALEUR AJOUTÉE ET PROTECTIONNISME : QUELQUES OBSERVATIONS

Par Analyses structurelles, commerce international

Les flux mondiaux de commerce et d’investissement sont confrontés à des oppositions inspirées par le nationalisme économique. Ce scepticisme à l’endroit de la libéralisation des échanges a été affirmé clairement par la nouvelle administration américaine, mais il s’est également manifesté dans d’autres endroits dans le monde, incluant au Québec. Faut-il s’inquiéter de ces tendances protectionnistes compte tenu de la grande ouverture des économies québécoise et canadienne aux échanges internationaux? Quelles options s’offrent aux gouvernements fédéral et québécois face aux changements qui risquent de survenir aux conditions dans lesquelles s’effectuent le commerce et l’investissement? Le présent billet aborde ces questions à la lumière de l’examen des chaines de valeur mondiale.

Lire la suite

16 novembre 2015

GRAPPES INDUSTRIELLES ET MONDIALISATION – D’IMPORTANTS DÉFIS À RELEVER

Par Analyses structurelles, commerce international

La troisième révolution industrielle en cours sous l’effet de l’économie numérique pose un défi fondamental aux régions et aux pays qui voudraient poursuivre des modèles de développement économique et social différenciés. En effet, les nouvelles applications technologiques réduisent l’importance de  la géographie et de la distance et font que les marchés nationaux et étrangers se compénètrent de plus en plus d’où le besoin d’une forte compétitivité pour assurer le maintien des parts de marchés au Québec, au Canada et ailleurs par les entreprises québécoises. 

Lire la suite

19 octobre 2015

QUEL SERA LE SORT RÉSERVÉ AU PARTENARIAT TRANSPACIFIQUE?

Par commerce international

Le Partenariat transpacifique (PTP) est, pour l’essentiel, un calque de l’Accord de libre-échange nord-américain (ALÉNA) et de ses Accords de coopération en matière d’environnement et de travail, si l’on se base, pour l’instant, sur le contenu de l’entente de principe survenue le 4 octobre dernier. Il y a bien sûr des ajouts ou des aménagements pour tenir compte de l’évolution de la façon de commercer de nos jours et pour faciliter l’adhésion  de pays en développement. Toutefois, son cadre de référence est bien l’ALÉNA. Le PTP en viendrait ainsi, en pratique, à étendre à neuf autres pays riverains du Pacifique la zone de libre-échange déjà en vigueur entre le Canada, les États-Unis et le Mexique. Il reste toutefois à compléter des étapes importantes, notamment la rédaction du texte formel de l’entente et à obtenir sa ratification chez les divers pays concernés.

Lire la suite