Dans la catégorie Prix

4 octobre 2018

L’ÉCONOMIQUE DE LA GRATUITÉ

Par Gérard Bélanger Prix, Science économique

Durant ma carrière de professeur, je me suis souvent interrogé sur l’absence de cours sur l’économique de la gratuité. Au premier abord, la réponse est simple : cela va à l’encontre de l’enseignement fondamental de la science économique qui se résume dans l’expression There is no such thing as a free lunch (Un repas gratuit, ça n’existe pas ou Rien n’est gratuit).

Toutefois, dans maintes situations, le décideur se retrouve comme devant un buffet au restaurant avec l’absence de relation entre la quantité choisie et le prix à payer. C’est la gratuité monétaire d’une unité supplémentaire. L’allocation des ressources ne se fait pas par des prix explicites mais par d’autres moyens, plus ou moins cachés.

Le cours proposé devrait s’appeler la théorie des « non-prix » ou, préférablement, la théorie de la gratuité monétaire. Pourquoi n’existe-t-il pas, si ce n’est, en partie, dans l’enseignement relatif aux finances publiques et aux choix collectifs ?

Lire la suite

8 janvier 2016

LE PROBLÈME STRUCTUREL DES ORCHESTRES SYMPHONIQUES

Par Gérard Bélanger Analyses structurelles, Prix

Les temps sont difficiles pour l’Orchestre symphonique de Québec (OSQ) : selon un article de journal au sujet de  la finalisation d’une négociation collective, les musiciens retrouveront pour la saison 2019-2020 leur salaire annuel de 2014-2015 après quatre ans de salaire moindre. Aux dires de la partie syndicale, « Les enjeux relatifs à la survie de l’OSQ feront l’objet d’un nouveau débat dès l’an prochain. »

Lire la suite

4 mars 2015

Les prix, déterminés par la concurrence ou planifiés par les entreprises ?

Par Analyses structurelles, Prix, Science économique

Notre dernier billet a exposé les importantes limitations méthodologiques et contradictions empiriques des théories marginalistes des prix et de l’entreprise. La réalité semble être plus complexe et subtile. Les postkeynésiens offrent une alternative plus solide, basée sur la réalité empirique des comportements des entreprises sur les marchés, de natures instables, imparfaits et incertains. Ce billet abordera la théorie du coût majoré et la théorie postkeynésienne de l’entreprise.

Lire la suite