Dans la catégorie Santé

9 novembre 2014

L’ACCESSOIRE DOMINE-T-IL LE PRINCIPAL ?

Par Gérard Bélanger Évaluation, Institutions, Santé, Science économique

L’avancement en âge favorise un travail d’introspection, comme se questionner si, en maintes occasions, des objectifs accessoires ou marginaux auraient dominé le principal ou l’essentiel. Si cette question est pertinente pour un individu, ne s’applique-t-elle pas aux différentes institutions ?

L’anecdote suivante, venant d’un professionnel de Statistique Canada, illustre bien l’à-propos d’une telle interrogation. Dans le cadre de son travail, il demandait à un vice-président et économiste en chef d’une grande banque canadienne si Statistique Canada devrait entreprendre des prévisions de court terme. Ce dernier, regardant le sol de la fenêtre de son bureau du haut d’un gratte-ciel, lui donna la réponse négative suivante : « Autour d’ici, il y a des dizaines de bureaux qui font des prévisions économiques, mais il y a une seule institution dont le rôle est la production de «hard data» (données fiables). C’est Statistique Canada ». À cause de l’importance du sujet de la précision des données, qui intéresse d’ailleurs peu les économistes, Statistique Canada ne devrait-elle pas y donner plus de priorité ?

Lire la suite

21 avril 2014

La contre-sélection dans une assurance santé collective

Par Gérard Bélanger Institutions, risque, Santé, Science économique

Le besoin d’assurance provient du désir de se prémunir contre une forte variabilité des conditions futures ou contre des situations catastrophiques. L’assurance répond donc à un besoin : se prémunir contre des risques importants. Outre les coûts administratifs, elle soulève deux problèmes majeurs : l’action cachée et l’information cachée.

Bien que ce blogue s’intéresse à un exemple concret d’information cachée, il est utile d’étudier brièvement l’action cachée. L’adhésion à une assurance modifie le comportement de l’assuré. L’assurance contre le vol diminue pour lui l’intérêt que pourrait présenter l’achat d’un système de protection sophistiqué, car les avantages d’un tel système sont alors considérablement réduits. C’est ce qu’on appelle l’effet de l’action cachée ou encore : le risque subjectif, le risque ou aléa moral, l’effet de prix pour l’économiste.

Le problème de l’action cachée est amplifié dans le cas des assurances qui ne se limitent pas à la protection contre des conditions futures très variables entre individus ou contre des situations catastrophiques. Ainsi, l’assurance maladie et l’assurance hospitalisation publiques, que nous connaissons, ne se limitent pas à protéger le citoyen contre des risques dont les coûts seraient élevés, mais rendent gratuits tous les soins de services de santé concernés. Elles en augmentent ainsi la quantité demandée de soins.

Lire la suite

10 décembre 2013

LES DÉPENSES EN SANTÉ : UN ENJEU DE LONG TERME

Par Jean-Yves Duclos Analyses structurelles, Finances publiques, Santé

Le budget 2013-2014 du Gouvernement du Québec évaluait les dépenses publiques en santé (et services sociaux) à 31,3 milliards de dollars, soit 42,9% des dépenses publiques totales du gouvernement du Québec. Étant donné l’ampleur de ces dépenses, il est naturel de se préoccuper de leur évolution prévisible, d’autant plus qu’il est anticipé que la croissance de la population, son vieillissement et l’augmentation soutenue des coûts structurels des soins de santé exerceront une pression significative sur ces dépenses au cours des prochaines années.

Lire la suite

12 août 2013

LES IMPACTS DIFFÉRENCIÉS DES TRAGÉDIES

Par Gérard Bélanger Gouvernance, Politiques gouvernementales, risque, Santé, transport

Les tragédies entraînent avec raison la compassion. Au même moment, elles soulèvent les interrogations des individus et des administrations vis-à-vis la prise de risque ou le degré recherché de sécurité.
Il existe généralement une divergence entre les risques estimés par les experts et les risques perçus par le simple citoyen. D’ailleurs, différents facteurs amplifient la perception du niveau des risques : le fait qu’ils sont inéluctables ou non, plus ou moins contrôlables, catastrophiques, inégalitaires, ou encore le fait qu’ils sont le résultat d’une activité humaine ou d’une technique inconnue.
Il ne s’agit pas ici d’ajouter un commentaire sur la tragédie du Lac-Mégantic mais plutôt d’illustrer les difficultés de bien apprécier les risques. Nous reprenons en premier lieu un long extrait de The Economist sur la sécurité du transport des passagers en Angleterre. Ensuite, nous reviendrons brièvement sur une tragédie relativement très importante survenue au Québec qui n’a pas soulevé des émotions durables.

Lire la suite

18 juin 2012

POURSUITE DE 60 MILLIARDS – LE GOUVERNEMENT A-T-IL BIEN ESTIMÉ SES COÛTS?

Par Jean-Pierre Aubry, collaboration spéciale Autre, Santé

Le Gouvernement du Québec a récemment intenté une poursuite de 60 milliards de dollars contre les cigarettiers. Le présent commentaire a pour objectif de discuter de la méthode utilisée par le gouvernement pour en arriver à cette estimation de 60 milliards de dollars. Mon analyse de cette question me porte à dire que le gouvernement a malheureusement choisi une mauvaise méthode pour en arriver à ce montant.

Lire la suite