Dans la catégorie Science économique

4 octobre 2018

L’ÉCONOMIQUE DE LA GRATUITÉ

Par Gérard Bélanger Prix, Science économique

Durant ma carrière de professeur, je me suis souvent interrogé sur l’absence de cours sur l’économique de la gratuité. Au premier abord, la réponse est simple : cela va à l’encontre de l’enseignement fondamental de la science économique qui se résume dans l’expression There is no such thing as a free lunch (Un repas gratuit, ça n’existe pas ou Rien n’est gratuit).

Toutefois, dans maintes situations, le décideur se retrouve comme devant un buffet au restaurant avec l’absence de relation entre la quantité choisie et le prix à payer. C’est la gratuité monétaire d’une unité supplémentaire. L’allocation des ressources ne se fait pas par des prix explicites mais par d’autres moyens, plus ou moins cachés.

Le cours proposé devrait s’appeler la théorie des « non-prix » ou, préférablement, la théorie de la gratuité monétaire. Pourquoi n’existe-t-il pas, si ce n’est, en partie, dans l’enseignement relatif aux finances publiques et aux choix collectifs ?

Lire la suite

24 septembre 2018

LES ÉCONOMISTES ET LA DÉCROISSANCE

Par Judy Lafrenière Science économique

Peu d’économistes prônent la décroissance économique. Mais qu’est-ce que cette théorie de la décroissance ? D’où vient-elle ? J’ai souvent l’impression que c’est un sujet à éviter. Être un économiste de la décroissance, c’est mal vu. Augmenter la production pour favoriser la croissance et ainsi augmenter le niveau de vie, c’est ce qu’on nous a appris à l’université après tout.

Lire la suite

10 septembre 2018

LES DIFFICULTÉS DE LA VULGARISATION EN ÉCONOMIE

Par Gérard Bélanger Science économique

Le traitement des aspects économiques des évènements dans différents médias me laisse généralement insatisfait. On y trouve une bonne dose de superficialité. Toutefois, je dois accepter les effets du coût croissant de la qualité et aussi d’une plus grande spécialisation des connaissances.

Essayons d’analyser trois facteurs qui expliquent, au moins partiellement, cette impression de superficialité. Il ne s’agit pas ici d’être exhaustif, mais de tenter de comprendre. Les deux premiers sont en bonne partie extérieurs aux communicateurs : la précision des données économiques et la valeur des paramètres estimés dans les études empiriques. Le dernier facteur vise les communicateurs concernant leur faiblesse de discerner l’importance relative des différents aspects d’un phénomène, ce qui demande une capacité analytique.

Lire la suite

8 août 2018

DONNÉES CANADIENNES EN SANTÉ PUBLIQUE – LE QUÉBEC FAIT BANDE À PART

Par Benoit DOSTIE, Jean POIRIER et Carole VINCENT Indicateurs, Santé

Statistique Canada publiait le 18 juillet dernier les résultats d’une étude mettant en évidence la valeur des données détaillées pour mieux comprendre les défis en matière de santé. L’étude montre que les nouveaux immigrants sont touchés de façon disproportionnée par la tuberculose évolutive. Si le Canada présente les taux parmi les plus faibles au monde, l’incidence de la tuberculose parmi les immigrants et les Autochtones demeure élevée.

Lire la suite

21 mars 2018

BIEN COMPRENDRE AU LIEU DE JUGER

Par Gérard Bélanger Science économique

« Le mieux est l’ennemi du bien »

Voltaire, La Bégueule, 1772

La retraite donne à chacun l’occasion de réfléchir sur différents aspects, positifs ou négatifs, du déroulement d’une carrière. Le changement de statut permet de se distancer partiellement de son passé ; il rend la personne plus objective vis-à-vis la pertinence de ses actions.

Dans mon cas, j’ai souvent pris un rôle que je pourrais qualifier de chef de l’opposition, dénonçant les défaillances des décisions. Même si ce rôle peut être utile, il est bon de réaliser qu’il n’exige pas beaucoup d’acuité.

Lire la suite