20 mars 2017

EFFETS ÉCONOMIQUES DU PROJET AMÉRICAIN D’AJUSTEMENTS FISCAUX AUX FRONTIÈRES

Par commerce international

Le Congrès et le nouveau Président américains sont à mettre au point les modalités d’ajustements fiscaux aux frontières (AFF) qui feraient partie d’un programme plus vaste visant à faire diminuer l’impôt sur les profits des entreprises américaines le faisant passer de 35 % à 20 % pour les corporations et à 25 % pour les autres entreprises. Les AFF feraient en sorte que les entreprises américaines ne pourraient plus déduire leurs importations d’intrants de leur profit imposable. Elles bénéficieraient aussi d’une exemption des revenus provenant de leurs exportations. L’objectif des AFF est donc à la fois d’inciter les entreprises américaines à s’approvisionner davantage aux États-Unis et à accroitre leurs exportations.

Ces changements pourraient avoir pour effet de faire apprécier le dollar américain, mais ils modifieraient aussi les termes d’échange. Ils joueraient différemment selon les entreprises et les secteurs considérés, certains ne pouvant pas modifier la composition de leurs intrants, d’autres ne pouvant pas transmettre à leurs clients les augmentations du prix de leurs intrants importés. Les AFF auraient aussi des effets sur les partenaires commerciaux des États-Unis, dont le Canada. Nous examinons ces derniers effets dans le présent billet à partir des résultats d’une étude[1] publiée récemment par l’Institut C.D. Howe. Les auteurs de l’étude se sont servis d’un modèle d’équilibre général[2] pour simuler les effets macroéconomiques et sectoriels en 2022 de l’entrée en vigueur des AFF en 2017.

Lire la suite

27 février 2017

L’ÉCONOMIE CANADIENNE ÉTAIT-ELLE EN RÉCESSION AU PREMIER SEMESTRE DE 2015?

Par Cycles économiques

Voilà une question demeurée bien embêtante, pendant de nombreux mois, pour les experts de l’analyse des cycles économiques. Les deux principaux indicateurs économiques utilisés pour déterminer l’occurrence d’une récession au Canada envoyaient, et envoient toujours, des signaux contradictoires, soit, d’une part, une légère contraction de la production (PIB réel) et, d’autre part, une légère hausse de l’emploi aux premier et deuxième trimestres de 2015. Il y avait bien là une période de ralentissement, mais, pouvait-on lui épingler l’étiquette de récession?

Lire la suite

23 février 2017

COMMERCE EXTÉRIEUR DU QUÉBEC : RENFORCER LA STRATÉGIE

Par commerce international, Développement urbain et régional

Les données sur les exportations et les importations entre les régions métropolitaines canadiennes et leurs contreparties américaines et mexicaines sont rares. Une étude préparée par la firme de consultants Wiser pour l’Economic Development Group du Brookings Institute, indique que les 33 régions métropolitaines canadiennes, dont Montréal, étaient responsables en 2010 de 58% de la valeur des biens et services échangés entre les États-Unis, le Canada et le Mexique, et de 69% des biens échangés dans l’aérospatial, l’automobile, l’électronique, la machinerie, les produits pharmaceutiques et les instruments de précision.

Lire la suite

23 janvier 2017

CHAINES MONDIALES DE VALEUR AJOUTÉE ET PROTECTIONNISME : QUELQUES OBSERVATIONS

Par Analyses structurelles, commerce international

Les flux mondiaux de commerce et d’investissement sont confrontés à des oppositions inspirées par le nationalisme économique. Ce scepticisme à l’endroit de la libéralisation des échanges a été affirmé clairement par la nouvelle administration américaine, mais il s’est également manifesté dans d’autres endroits dans le monde, incluant au Québec. Faut-il s’inquiéter de ces tendances protectionnistes compte tenu de la grande ouverture des économies québécoise et canadienne aux échanges internationaux? Quelles options s’offrent aux gouvernements fédéral et québécois face aux changements qui risquent de survenir aux conditions dans lesquelles s’effectuent le commerce et l’investissement? Le présent billet aborde ces questions à la lumière de l’examen des chaines de valeur mondiale.

Lire la suite

15 décembre 2016

QUELLE STAGNATION AU JUSTE ?

Par Croissance, Cycles économiques

Dans deux précédents billets, j’ai fait référence à l’hypothèse d’une stagnation de longue durée qui pourrait être attribuable, entre autres facteurs, à l’absence de nouvelles innovations susceptibles d’améliorer la productivité. Le présent billet aborde une question connexe, à savoir si une croissance faible du PIB indique bel et bien que l’économie est stagnante et que le bien-être de la population plafonne. Différents indices suggèrent que de telles corrélations ne tiennent pas forcément.

Lire la suite