Économiste

Chine : des avis partagés quant aux perspectives de croissance économique

25 octobre 2011

Déjà un an que la banque centrale de Chine a amorcé sa politique de resserrement de l’expansion monétaire. Les autorités chinoises avaient alors laissé savoir qu’elles étaient prêtes à accepter une baisse de quelques points de pourcentage du taux de croissance du PIB en vue de contenir la progression des prix à la consommation. Toutefois, même si elle augmente moins fortement qu’en début d’année, la production a crû à un rythme annuel de 9,1 % au troisième trimestre en raison de la forte hausse de la demande intérieure. Rien de surprenant dans un tel contexte à ce que l’indice des prix à la consommation augmente d’un peu plus de 6,0 % ces temps-ci, soit nettement plus rapidement que l’objectif de 4 %, malgré les limites imposées à l’expansion monétaire et du crédit.

Les perspectives de croissance sont toutefois partagées chez les analystes. Il y a, d’une part, ceux qui croient à la continuité du ralentissement en douceur de la croissance du PIB et, d’autre part, ceux qui anticipent une baisse marquée du rythme de croissance. Le FMI est du camp des optimistes. Dans ses perspectives de septembre dernier, il prévoit une croissance de 9,0 % du PIB chinois en 2012; celle-ci serait compatible avec un ralentissement à 3,3 % de la progression des prix à la consommation, selon cet organisme. Dans l’autre camp, on retrouve ceux qui craignent l’éclatement de ce qui serait une bulle immobilière, et ses conséquences sur la confiance des consommateurs et des entreprises et sur la disponibilité et l’accès au crédit. Des signaux de tensions financières sont d’ailleurs apparents dans la progression des coûts d’assurance (credit default swaps) encourus par les détenteurs d’obligations contre d’éventuels défauts de paiement des émetteurs. C’est une manifestation concrète de l’inquiétude grandissante des marchés financiers quant aux perspectives économiques de la Chine; mais, tout de même, des craintes moindres que celles suscitées par les difficultés de bon nombre de pays de la Zone euro.

Que laissent entrevoir les indicateurs avancés? L’indice mensuel de l’OCDE pour la Chine pointe depuis plusieurs mois vers un ralentissement significatif de la croissance. L’évolution mensuelle et semestrielle de l’indice du Conference Board laisse plutôt présager une poursuite de la croissance sans ralentissement majeur. Encore là, des divergences, mais plus sur l’importance du ralentissement à venir que sur la tendance de fond. Les résultats préliminaires de l’enquête mensuelle auprès des gestionnaires d’approvisionnement indiquent quant à eux que le secteur de la fabrication en Chine reprend de la vigueur en octobre après quelques mois de relative stagnation. Les nouvelles commandes sont, entre autres, en hausse ce qui est précurseur d’une augmentation de la production.

Le gouvernement chinois ne semble pas sentir le besoin de modifier sa stratégie d’intervention. Sa priorité sur le plan économique demeure de contenir la progression des prix à la consommation.

Laisser un commentaire