Dans la catégorie Démographie

19 novembre 2012

À QUOI RESSEMBLERA LE QUÉBEC DE 2030?

Par Gérard Bélanger Analyses structurelles, Capital humain, Démographie

Le Québec connaîtra au cours des prochaines années des changements démographiques qui le transformeront profondément.  L’effet du vieillissement de la population sera puissant, autant du point de vue social qu’économique et financier. Le niveau plus élevé du capital humain des nouvelles cohortes de travailleurs augmentera la productivité du travail. L’immigration transformera le visage social du Québec et en soutiendra de plus en plus les forces productives.

Lire la suite

22 février 2012

ARGUMENT MASSUE OU FAUX PRÉTEXTE?

Par Jean-Pierre Aubry, collaboration spéciale Capital humain, Démographie, Finances publiques

  Le gouvernement Harper a annoncé qu’il devra réduire à plus long terme le taux de croissance du budget fédéral alloué aux prestations aux aînés.  La croissance de ce budget utilisé pour payer les prestations de la Sécurité de vieillesse (SV) et du Supplément de revenu garanti (SRG) serait financièrement insoutenable à long terme.  Pour démontrer aux Canadiens la justesse de cette affirmation, le gouvernement Harper a mis l’accent dans ses communications sur le fait que le montant des transferts aux aînés triplerait dans les vingt prochaines années. Il passerait de 36,5 milliards de dollars en 2010 à 108 milliards de dollars en 2030. Ces projections sont fiables car elles ont été tirées d’un rapport signé par l’actuaire en chef du Canada, M. Jean-Claude Ménard. [Voir l’examen actuariel, au 31 décembre 2009, du régime de pensions établi en vertu de la Loi sur la sécurité de la vieillesse ( http://w1p.fr/50828).

Lire la suite

13 février 2012

LA FUTILITÉ DES POLITIQUES NATALISTES

Par Gérard Bélanger Démographie, Politiques gouvernementales

            Face à une fécondité inférieure depuis 1970 au seuil de remplacement des générations et au vieillissement de la population du Québec qui s’ensuit, des mesures favorables à la natalité sont proposées et aussi adoptées, comme l’amélioration des congés parentaux et les subventions aux garderies ou centres de la petite enfance.

         Une étude de Finances Québec affirmait :

En ce qui a trait aux naissances, au moins une dizaine d’études économiques ont démontré que certaines politiques familiales, au Québec comme ailleurs, ont eu des impacts positifs sur la natalité. Comme les naissances sont, de loin, la principale composante positive de la variation de la population, elles méritent une attention particulière afin d’atténuer les chocs du vieillissement et de la décroissance de la population. (Côté 2004 : 6)

            Une augmentation de la natalité signifie-t-elle nécessairement une croissance de la population future? Si la réponse est négative, quel est le facteur vraiment important?

Lire la suite

2 février 2012

L’INTÉGRATION ÉCONOMIQUE ET LE QUÉBEC

Par Gérard Bélanger Démographie, Marché du travail, Rémunération

Quelques-unes des applications les plus puissantes de l’économique au domaine politique s’appuient sur une application soignée et cohérente des principes de base au lieu de recourir à la théorie de fantaisie apprise aux études graduées.  Schmalensee (2009 : 25)

À la suite des conseils de Schmalensee, ce texte applique une idée simple à l’économie du Québec. Il s’agit de prendre conscience des effets de l’intégration de son économie au marché commun canadien.

Dans une économie complètement fermée sur l’extérieur ou autarcique, la quantité des facteurs de production, capital et travail, est fixe et leurs prix varient en fonction des conditions intérieures. Pour une économie ouverte ou intégrée au monde extérieur, c’est le contraire: les prix sont déterminés de l’extérieur et ce sont maintenant les quantités de facteurs qui varient vu leur mobilité. Pour les économistes, ce modèle est celui de la « petite économie ».

Lire la suite

4 janvier 2012

Sainte-Euphémie et les politiques populationnistes du Québec

Par Gérard Bélanger Capital humain, Démographie, Politiques gouvernementales

Avant son départ pour une autre province, Jean-Thomas Bernard m’entretenait régulièrement du déclin de son village natal, Sainte-Euphémie-sur-Rivière-du-Sud dans la circonscription de Montmagny-L’Islet. En 2006, seulement 358 personnes y demeuraient. 

Pourtant, le taux de fécondité y était élevé dans le passé. Cet ex-collègue vient d’une famille de dix enfants. Neuf ont quitté la région parce que les emplois étaient ailleurs. Le seul qui y est resté a cultivé la terre familiale.

Lire la suite